Patrizia Cattaneo


Aller au contenu

Menu principal:


Témoignage Père Marcel

Père Marcello Stanzione

UNE CONFESSION SPECIALE AVEC LE PERE MARCEL STANZIONE

Le père Marcel Stanzione a ranimé le culte de l’Archange Saint Michel en Italie et dans le monde entier. Ecrivain prolifique et promoteur d’innombrables initiatives pour ranimer le culte de Saint Michel Archange et des anges, jusqu’à la fondation d’un musée en leur honneur, le père Marcel a refondé la Milice de Saint Michel et sous sa protection il a gagné des victoire importantes contre les embuches de l’ennemi et la méchanceté des hommes. A l’heure actuelle il est l’un des plus érudits étudiants d’angélologie et de démonologie et sa prière a des effets étonnants de guérison et de délivrance. Voici le tèmoignage d'un pèlerin de la Belgique.

Depuis le 1 janvier 1991, date où il fut nommé curé du village de Santa Maria La Nova à Campagna (Salerne), le Père Marcel Stanzione honore le culte des Anges. Le village est situé près du Sanctuaire de Monte Gargano, lieu de pèlerinage à l'Archange Saint-Michel. Au printemps 2017, je ressens le besoin de retourner pour la 4ème fois en pèlerinage avec l'Association fondée par Patrizia Cattaneo, dont je suis membre.
Je remarque qu'une visite dans le sanctuaire de l'Ange Michael à Monte Gargano est prévue, dont je ne connaissais pas l'existence. Une petite lumière, un ressenti particulier me traverse, toutefois je ne fais rien. Encore un nouveau voyage, alors que je suis persuadé d'avoir tout vu et tout reçu. Mais, voilà… ce ressenti revient régulièrement. Pourquoi y aller encore? La réponse me semble évidente et simple : pour remercier pour les grâces reçues lors d'une intervention chirurgicale complexe et garder ma foi.
Je ne ressens nullement le besoin de demander la guérison des séquelles de mon opération. Je vis, je peux venir en voyage, pas mal non? Je ne suis pas dans le désir ni le vouloir, mais simplement, être là! Me voilà donc parti pour cette action de grâce. Le landemain nous partons rencontrer le Père Marcel Stanzione dans son église où il a créé un modeste, mais néanmoins très beau, musée de statues et photos d'anges.

Avant l'office, Patrizia nous signale que le père Marcel donnera le sacrement de la confession, mais en italien. De toute façon là-haut ils comprennent toutes les langues nous dit-elle…. Évident, bien sûr ! C'est là qu'une petite voix intérieure me conseille fortement de me confesser. Je me lève, en attendant mon tour. Je ne fais plus cette démarche dans mon Pays, vu les divers scandales de ces dernières années et le manque de ressenti aussi.
La confession se passe debout devant le père Marcel. Je fais une confession simple, mais vraie, avec tout mon cœur. C'est très intense, quelques mots, pas de fioritures ni de bigoteries, une demande de pardon mais surtout je demande de me donner la force d'évoluer et de me conforter dans les épreuves, car depuis plusieurs mois j'ai parfois des difficultés à me concentrer, ma tête étant encombrée et lourde. A cela s'ajoutent des douleurs et soucis quotidiens dont j'ignore l'origine, ainsi qu'un problème aux yeux du à la prise journalière de corticoïdes, qui nécessitera une intervention chirurgicale à mon retour de voyage.
A la fin de la confession le père Marcel me demande en italien «Terminato?» (=terminé)? Ma réponse fut «Sì». A ce moment-là il me bénit, trace sur mon front un signe de croix et aussitôt je ressens que mes jambes puis mon corps me lâchent totalement, un abandon auquel on ne sait résister. Pas de peur, mais une paix en moi, mon corps se vide, je tombe sur le père et ensuite sur le sol sans me faire mal. Je suis dans un état de paix, sans pouvoir réagir. En tombant je regarde vers le haut et au moment de toucher le sol, je vois un cercle noir, une spirale sortir de ma tête, partir vers le haut à ma gauche et monter vers le ciel très haut.
Tout est blanc autour de moi. Je vois sortir ma confession. Je reçois une paix, un moment de calme absolu, de plénitude, aucune angoisse ni craintes, ni peurs. Tout est blanc autour de moi, rien d'autre. Je comprends que je reçois quelque chose, tout cela sans angoisse, comme un moment d'extase de communion, mais quoi ? Les heures et les jours suivants m'apporteront la réponse. Je ressens une guérison spirituelle difficile à décrire avec des mots. Oui, la confession est bien un Saint Sacrement, j'en ai la certitude indiscutable. Encore faut-il que ce soit un père comme Marcel qui me la donne, quel cadeau ! Je ne sais toujours plus bouger, toujours sans douleurs, totalement indescriptible. Le père reste impassible, dans un état de calme absolu, lumineux… il savait.
Après quelques secondes ou une minute - je n'ai plus la notion du temps - le père me tend ses bras pour m'aider à me relever. Il ne dit rien, et moi non plus. Je me relève, toujours sans aucune notion de temps, parfaitement calme paisible. Tout est toujours blanc, je suis en pleine conscience dans une acceptation totale, dans un bien être total. Je me demande ce qui se passe, mais sans anxiété, ni angoisse, dans une acceptation totale. Quel bonheur! C'est extraordinairement beau indescriptible.

Après l'office, le père s'apprête à donner une conférence sur l'archange Saint Michael.

A la fin, comme il reste du temps, Patrizia nous propose d'avoir un entretien particulier avec le père Marcel. Lorsque mon tour arrive, elle me recommande de m'assoir. Ma seule demande est une bénédiction pour ma famille, et là le même phénomène se reproduit lorsque le père me bénit: ma tête se penche sur le côté droit, sur l'autel et non à l'opposé. Je tiens à la main les photos de ma famille. Je veux lui demander de bénir tout cela, mais je ne sais ni parler, ni bouger. Les mêmes symptômes donc, mais d'une durée plus courte cette fois-ci.
J'ai appris que ce qui m'est arrivé s'appelle «Repos de l'Esprit». Vous en trouverez les explications sur internet. Le plus surprenant, c'est que depuis cette rencontre je suis en pleine forme. Ma tête est libre, totalement vide de parasites, de soucis, l'esprit est libre, en harmonie totale avec moi-même. Différents problèmes physiques (énumérés au père Bianco aussi pendant le pèlerinage, sans pourtant en demander la guérison) ont diminués, certains sont guéris ou quasiment effacés.

Bien sûr, je dois faire attention, bien respecter les conseils médicaux. Mais le jour comme la nuit, une grande paix s'est installée en moi depuis lors. Je n'ai rien demandé, j'ai simplement remercié pour les graces reçues. Je ne demandais que la foi, l'amour et le pardon dans la confession. Celle-ci fut la plus belle, la plus sincère, la plus extraordinaire et la plus intense que je n'ai jamais faite.
Paul - Belgique, 2017

Présentation | Pèlerinages | Père Bianco | Frère Cosimo | Père Matteo | Père Marcello Stanzione | P. Cipriano | N.D. Avocate | Saint Joseph Moscati | Padre Pio | Père Tardif | Dpn Dolindo | Diable-enfer | Récits des exorcistes | Eglise | Santé naturelle | Articles | Devotions | Livres-dvd | Liens | Ecrivez au Père Bianco | Demande d'information | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu